Participation à la 3ème Conférence internationale sur la prévention dans les programmes de lutte contre le dopage

Participation à la 3ème Conférence internationale sur la prévention dans les programmes de lutte contre le dopage

L’Agence nationale antidopage de Tunisie, membre de l’ORAD zone I, a invité le Secrétariat général de la CONFEJES à participer à la 3ème Conférence internationale sur la place de la prévention dans les programmes de lutte contre le dopage, du 16 au 18 février à Tunis.

Placée sous le co-parrainage du Ministre de la Jeunesse et des Sports, S.E Tarek Dhiab et du Secrétaire général du Conseil de l’Europe, cette conférence a vu la participation effective de responsables de plusieurs structures internationales intervenant dans les programmes de lutte contre le dopage dans le sport, notamment le Conseil de l’Europe, l’Agence Mondiale Antidopage, l’UNESCO, l’AAF, la FIFA, l’UCI, l’Union Arabe des Comités Olympiques, des organisations ou agences nationales antidopage d’Europe, d’Asie et d’Afrique, des représentants de syndicats de sportifs, le Comité National Olympique de Tunisie. Une formation a regroupé de nombreux médecins sportifs des fédérations nationales sportives de Tunisie. La CONFEJES était représentée par le Directeur des Programmes EPS/Sports.

Une vingtaine de communications ont permis aux participants de s’informer sur les méthodes, de partager les expériences sur la prévention sur le dopage et les moyens d’évaluation.

Il ressort des échanges :

  • Le caractère dynamique de la lutte contre le dopage,
  • La nécessité de l’éducation et de la prévention dans les programmes de lutte contre le dopage dans le sport,
  • La nécessité d’associer les valeurs morales à l’élaboration des outils et méthodes éducatives,
  • L’importance des sciences sociales (sociologie, psychologie) dans la conception de méthodes de lutte contre le dopage,
  • La nécessité d’adapter les méthodes et moyens aux caractéristiques d’une population cible variée (jeunes, adultes, parents, encadreurs techniques, administratifs, médicaux, sportifs, etc.),
  • L’importance de la collaboration entre les structures nationales et internationales pour plus d’efficacité.

Bien que la répression par les contrôles participe efficacement à la lutte contre le dopage, la prévention demeure une solution incontournable, parce qu’elle est peu onéreuse et accessible.