La CONFEJES participe à la 87e réunion du Conseil de coopération

La CONFEJES participe à la 87e réunion du Conseil de coopération

Le Mardi 07 juillet, Monsieur Bouramah ALI HAROUNA, secrétaire général de la CONFEJES, a participé par visioconférence, à la réunion du conseil de coopération présidée par Madame la Secrétaire générale de la francophonie Louise MUSHIKIWABO, en présence des représentants des autres institutions de la francophonie.

L’ordre du jour était orienté autour de de la création d’une Coalition francophone pour l’éducation, une initiative portée par Madame la Secrétaire génale lors de la 3e réunion du Groupe de travail Langue Française du 2 mars 2020, avec comme principal objectif de fédérer les différents acteurs de la Francophonie.

Elle pourra donc servir à :

  • assurer la concertation et la coordination des interventions sur le terrain des acteurs francophones de l’éducation pour améliorer la qualité de l’enseignement en français et de l’enseignement du français, en parfaite cohérence avec les plans sectoriels pour l’éducation définis par les Etats,
  • mettre en place les actions communes dans ces Etats
  • rechercher ensemble des financements auprès des bailleurs de fonds internationaux, de bailleurs privés, de fondations, notamment à travers des consortiums spécifiques mis en place dans le cadre de chaque appel
  • collecter et mutualiser l’information sur la situation de l’enseignement du et en français, ainsi que sur les résultats et les acquis des projets et programmes, et mettre ces données à la disposition des pays
  • faire entendre une voix commune francophone forte pour porter les plaidoyers sur la scène internationale en vue de l’atteinte de l’ODD4 (Education pour tous), en particulier autour des grands enjeux comme la connectivité ou l’accès des filles à l’éducation.

Le secrétaire général qui a Suivie avec beaucoup d’attention les différentes interventions et conclusions a salué l’idée lors de sa prise de parole et marqué son adhésion à cette initiative qui pour lui sonne comme une reconnaissance explicite du rôle primordial du Sport, et de l’éducation physique dans l’action éducative, mais aussi un vecteur potentiel de la revalorisation et du repositionnement impérieux et urgent de la langue française dans le concept des nations. Il a tenu à préciser que cette coalition est une véritable opportunité et elle s’inscrit dans une véritable dynamique de solidarité et de partenariat qui permettra          de :

  • mener des actions de plaidoyer pour encourager les gouvernements à financer l’éducation des populations les plus démunies ;
  • organiser les campagnes pour sensibiliser et mobilise les citoyens sur les enjeux liés à l’éducation de qualité pour tous ;
  • renforcer l’aide à l’éducation dans les pays en développement et définir des politiques efficaces pour l’amélioration de l’éducation dans les pays les plus pauvres.
  • repenser la synergie entre diverses formes d’éducation dans notre espace, au service d’une nouvelle ère numérique.

Les échanges ont abouti à de nombreuses conclusions à la satisfaction de Madame la secrétaire générale,  parmi lesquels  le changement de dénomination en  « alliance  francophone pour l’éducation ».