Atelier de formation sur la gestion des infrastructures et centres de jeunes organisé par la CONFEJES et la CJSOI à Mahé au Seychelles

Atelier de formation sur la gestion des infrastructures et centres de jeunes organisé par la CONFEJES et la CJSOI à Mahé au Seychelles

Le Lundi 19 août 2013, s’est tenu dans la salle des conférences du stade linité à Roche Caïman (Mahé/Seychelles), la cérémonie d’ouverture de l’atelier régional de formation de responsables de Centres de Jeunes ou Guichets uniques des pays de la zone « Océan Indien », conformément aux prévisions des actions N°46 du Programme P2 – Jeunesse avec la collaboration de la Commission Jeunesse et Sport de l’Océan Indien (CJSOI) et du Gouvernement des Seychelles.

L’ouverture de ce stage a été présidée par Madame Vicky Van der WESTHUIZEN, Présidente du Conseil National de la Jeunesse, en présence de Monsieur Vincent MERITON, Ministre des Affaires Sociales, du développement Communautaire et des Sports des Seychelles de Monsieur ALI HAROUNA Bouramah, Directeur des Programmes Jeunesse de la CONFEJES, représentant le Secrétaire Général, de Monsieur Ram LOLLCHAMP, Secrétaire général de la CJSOI, de la Directrice nationale de la Jeunesse, ainsi que de plusieurs personnalités et cadres centraux invités. Cette cérémonie s’est aussi déroulée en présence des participants venus de Madagascar, de Maurice, de Mayotte et des Seychelles.

Cette session a vu la participation de onze (11) participants dont huit (08) femmes. A travers cette activité, il s’agit pour la CONFEJES, la CJSOI et le Gouvernement des Seychelles de :

  • Donner une formation appropriée aux responsables en charge de la gestion des installations socio éducatives ;
  • Aider à la création et/ou à la redynamisation de centres pilotes ou guichets uniques fonctionnels et rentables dans les pays ;
  • d’approfondir la réflexion sur le rôle, le fonctionnement et le développement des infrastructures de jeunesse dans une démarche de mutualisation, de co-construction et d’appropriation, tout au long de la session.

La session de Mahé 2013 offre donc l’occasion pour les participants et spécialistes des questions d’infrastructures de jeunes de s’approprier du Manuel de formation sur la gestion des centres de jeunes, qui propose, entre autre, de présenter une réflexion harmonisée des concepts concernant les infrastructures de jeunesse : par exemple, qu’en est-il d’un centre de jeunes, d’une maison des jeunes ou d’un espace-jeunes ? Y a-t-il des différences dans les mandats, les services offerts, les ressources humaines nécessaires ?

Les participants se pencheront également sur les composantes se rapportant à la gestion de ces infrastructures, à savoir : le rôle du Directeur ; les compétences attendues du Directeur (le leadership, la prise de décisions, la négociation, la communication, etc.), l’environnement dans lequel le centre évolue, les relations avec le Conseil municipal ; la programmation et les activités offertes ; l’expression de nouvelles attentes par les usagers ; les relations avec le personnel et les modes de gestion à appliquer ; la gestion des équipements ; les procédures comptables et la budgétisation ; la rentabilité, tant financière, que sociale ou symbolique du centre et de la recherche de financement additionnel. Dans un troisième temps, ils sont amenés à : réfléchir sur les stratégies qui permettent une saine gestion des structures et de leur maintenance ; s’interroger sur les moyens nécessaires pour favoriser l’insertion sociale et économique des usagers, à savoir, les jeunes ; examiner les notions d’autonomie et de responsabilité des jeunes à travers un leadership avéré et les approches efficaces pour développer la solidarité et les valeurs citoyennes dans un contexte où la diversité culturelle et linguistique est quotidienne ; aborder l’enjeu de l’offre d’activités de formation et d’information aux jeunes clients ; se confronter au « nerf de la guerre », à savoir l’obligation de trouver de nouveaux partenaires financiers.

En conclusion, il s’agit d’amener les participants à pouvoir trouver dans un contexte de décentralisation quelles passerelles peuvent être établies pour mieux solliciter, voire séduire, les partenaires financiers potentiels ? Quelles sont les nouvelles réalités et comment y faire face ?

Atelier CONFEJES/CJSOI